Activités de conseil chez les députés: une mesure clé repoussée à 2022

Par

Bientôt promulguées, les lois « confiance » prétendent encadrer les activités de conseil des députés. En réalité, la principale mesure affichée par le gouvernement s'appliquera en 2022 seulement. « Supercherie ! », dénonce le Parti socialiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Discriminatoire ou pas ? Le Conseil constitutionnel s’apprête à rendre sa décision sur les lois « confiance » et leur mesure phare, l’interdiction des emplois familiaux, que les députés LR veulent voir sauter. En attendant, un « loup » déniché au tréfonds de ces textes par une députée socialiste mérite qu’on s’y arrête. Repéré au cœur du mois d’août, il vient relativiser la volonté affichée par le gouvernement de lutter contre les conflits d’intérêts et d’encadrer les activités de conseil des parlementaires, ce métier qui consiste à monétiser ses compétences (pour ne pas dire son influence) en parallèle de son mandat, et que l’ex-député Fillon exerçait au service d’Axa, de la banque Oddo ou encore d’un homme d'affaires libanais vendeur de pipelines.