L’outre-mer face à l’injustice des tarifs postaux

Par

Des prix discriminants, jusqu’à cinq fois supérieurs à ceux pratiqués dans l’Hexagone, sont subis par les Ultramarins pour échanger des colis avec la métropole. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Encore une fois, la fille d’Arlette Laugier passera les fêtes à 9 000 kilomètres de chez elle, en région parisienne, et devra se contenter d’évoquer les fruits de son pays en souvenir. Elle vient de La Réunion, département d’outre-mer français de l’océan Indien, et sa mère n’a tout simplement pas les moyens de lui faire parvenir un colis, à l’approche de la fin de l’année. « Une fois, il y a quatre ans, parce que les litchis et les mangues étaient à un euro le kilo, j’ai voulu en envoyer à ma fille, se souvient Arlette. J’en ai eu pour 90 euros. Les prix d’envoi sont sans commune mesure avec la valeur du contenu du carton. Je ne recommencerai pas ! Pourtant, pour les fêtes, c’est un des seuls moyens dont je dispose pour lui montrer que je pense à elle et lui rappeler le pays. Tout le monde ici envoie des colis à ses enfants. »