Au pays du socialisme « congelé »

Par

Archicentralisation du pouvoir, cumul des mandats locaux, fonctions transmises de façon héréditaire, entre-soi... l'Ariège, un des départements les plus socialistes de France, offre une surprenante panoplie de pratiques politiques contestables. Sans compter les affaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Foix, chef-lieu de l'Ariège, deux citadelles dominent le centre-ville : le château fort médiéval, haut lieu du tourisme local, et l'hôtel du conseil général, planté en haut d'une colline. C'est là que règne Augustin Bonrepaux. Sur la scène nationale, le président socialiste du conseil général de l'Ariège, 76 ans dont 47 années de politique, surtout connu pour son inlassable combat contre la réintroduction des ours dans les Pyrénées, n'est pas vraiment un politique de premier plan. Mais dans ce département de 160 000 habitants (un des moins peuplés et des plus pauvres de France), M. Bonrepaux père est une sommité, crainte et incontournable. Ici, lui et ses alliés font la pluie et le beau temps.