Au pays du socialisme « congelé »

Par

Archicentralisation du pouvoir, cumul des mandats locaux, fonctions transmises de façon héréditaire, entre-soi... l'Ariège, un des départements les plus socialistes de France, offre une surprenante panoplie de pratiques politiques contestables. Sans compter les affaires.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

À Foix, chef-lieu de l'Ariège, deux citadelles dominent le centre-ville : le château fort médiéval, haut lieu du tourisme local, et l'hôtel du conseil général, planté en haut d'une colline. C'est là que règne Augustin Bonrepaux. Sur la scène nationale, le président socialiste du conseil général de l'Ariège, 76 ans dont 47 années de politique, surtout connu pour son inlassable combat contre la réintroduction des ours dans les Pyrénées, n'est pas vraiment un politique de premier plan. Mais dans ce département de 160 000 habitants (un des moins peuplés et des plus pauvres de France), M. Bonrepaux père est une sommité, crainte et incontournable. Ici, lui et ses alliés font la pluie et le beau temps.

Fin 2013, l'homme fort du département a disparu de la circulation pendant trois bonnes semaines. « Blessure à la jambe », a écrit la presse locale, laconique. Certains responsables socialistes évoquaient en aparté un accident plus grave. Pendant trois semaines, l'état de santé du président du conseil général fut un secret d'État. Quelques-uns affirmaient qu'il ne reviendrait jamais. Jeudi 19 décembre, à la faveur d'une réunion du puissant syndicat des eaux, Augustin Bonrepaux a fait son retour, appuyé sur une canne. « Je chasse l'isard (une sorte de chamois, ndlr) : cette bestiole se cache dans les roches difficiles, explique Bonrepaux, joint par Mediapart le jour de son come-back. Mon fusil a accroché la roche, j'ai eu le fémur brisé en trois endroits, ai dégringolé de 40 mètres, par miracle je ne suis pas mort. » A-t-il fait un accident vasculaire cérébral, comme l'affirment certains ? Pirouette : « Je n'ai pas perdu la mémoire. »

Foix. Siège du conseil général de l'Ariège. © M.M. Foix. Siège du conseil général de l'Ariège. © M.M.

Au pied des Pyrénées, l'Ariège rurale et montagnarde est un des départements qui votent le plus socialiste lors des scrutins nationaux, avec des poussées au premier tour à plus de 60 % dans certains villages. « Ici, ça résiste bien. On est le village normand des socialistes ! » s'amuse Marc Carballido, vice-président de la région Midi-Pyrénées, ancien premier fédéral du PS. Le résultat d'une « tradition républicaine et laïque » dans cette terre de culture paysanne et ouvrière.

Le PS local compte 1 200 adhérents, jolie performance pour ce petit département. Il détient 19 des 22 sièges au conseil général, les trois mandats de parlementaires (dont le président du Sénat, Jean-Pierre Bel), de nombreuses communes et intercommunalités, les villes de Foix et de Lavelanet – Pamiers est le fief du centriste André Trigano (à 88 ans, celui-ci est candidat à sa réélection aux municipales de 2014).

Augustin Bonrepaux © DR Augustin Bonrepaux © DR
Dans cette petite principauté socialiste, les 332 communes, dont certaines ne comptent que quelques habitants, sont très dépendantes de la manne financière du département (47 millions d'investissement, dont un tiers va à l'aide directe aux projets communaux, sans compter les aides aux associations et les prestations sociales).

L'intervention de la puissance publique permet certes de réduire les inégalités mais elle crée aussi un vaste réseaux d'affidés, ou au moins d'élus qui ne font pas trop de vagues pour ne pas risquer de déplaire. « On est encore sur un système IIIe République, radical-socialiste, très fermé, avec une hégémonie PS sur des territoires ruraux où la puissance publique est très présente », commente Gérald Sgobbo, maire (divers droite) de Villeneuve-d'Olmes, une ville proche de Lavelanet, le "fief" de Jean-Pierre Bel.

« Le système politique de l'Ariège, fondé sur un clientélisme qui s'appuie sur le maillage des petites communes, ouvrier de gauche, est congelé. Ici, c'est plus la RDA que le PS », ajoute, lapidaire, Michel Teychenné. Ancien fédéral du PS local, chef de file de l'opposition de gauche à Pamiers, cet ancien conseiller de Lionel Jospin accusa en 2010 le parti socialiste ariégeois de l'avoir écarté des listes aux régionales pour cause d'homophobie. Il fut alors frappé, traité de « sale pédé » par de « faux militants » – Augustin Bonrepaux l'a toutefois fait condamner pour complicité de diffamation.

Teychenné, proche de Vincent Peillon et qui fut chargé dans la campagne de François Hollande des questions LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans), ferraille depuis des années contre « la PME qui dirige le département en défendant les intérêts de ses actionnaires et de ses héritiers ».

Si de telles pratiques existent ailleurs, l'Ariège offre de fait un surprenant condensé de pratiques politiques contestables : archicentralisation du pouvoir, cumul des mandats locaux, fonctions politiques transmises de façon héréditaire, faible renouvellement du personnel politique, etc.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Après une dizaine de jours et plusieurs relances, Augustin Bonrepaux a fini par me transmettre par courriel sa mise en examen, datée du 23 octobre 2012. Il y est fait explicitement référence au délit de favoritisme, prévu par l'article 432-14 du code pénal, passible de deux ans de prison et 30 000 euros d'amende.