Parrainages : la grande fatigue des maires

À un mois de la date limite pour recueillir leurs 500 signatures, seulement 5 % des élus habilités à le faire ont parrainé un candidat. Un chiffre qui a vocation à augmenter, mais jusqu’où ? Partout en France, élus locaux et candidats racontent une lassitude démocratique aux raisons multiples.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

En ce moment, cela n’arrête pas. Des coups de téléphone, des courriels, des visites. « L’autre soir, deux militants de Révolution permanente sont même venus taper à la porte de chez moi pour me parler d’Anasse Kazib ! », sourit Béatrice Goron, la maire de Pandrignes (Corrèze). Comme elle, les 35 000 édiles que compte le pays rivalisent d’anecdotes sur le ballet des candidat·es en quête de parrainages, à deux mois du premier tour de l’élection présidentielle – et à un mois de la date limite pour en enregistrer 500, fixée au 4 mars prochain.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal