Retard dans la vaccination: le gouvernement tance un peu vite les soignants

Par

Le gouvernement, pour qui les soignants ne sont pas assez vaccinés, menace de passer à la contrainte. C’est oublier tous les soignants qui ont été contaminés. Et c’est sous-estimer leur défiance après un an de crise sanitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans cette campagne de vaccination, le gouvernement n’a décidément aucun cap. D’abord, il a voulu ménager les sceptiques, préparant une campagne de vaccination qui prenait son temps. Dans ses premiers plans, les professionnels de santé de plus de 50 ans ne devaient se faire vacciner qu’à la fin du mois de février. Devant le tollé, le plan de route a été revu en catastrophe (lire notre enquête ici). Dès le mois de janvier, la vaccination a été ouverte aux soignants de plus de 50 ans, puis à tous les soignants le 7 février, quand ont été reçus les lots de vaccins AstraZeneca.