François Fillon, un art consommé de la survie

Par
Tandis que Nicolas Sarkozy fête dans la douleur un premier anniversaire à l'Elysée, son Premier ministre fait ce que tous ces prédécesseurs ont tenté de faire: sortir indemne de Matignon... et voir plus loin. Ayant réussi à résister aux coups de boutoir de l'Elysée puis à se rendre indispensable auprès de sa majorité, il aura au moins démontré en douze mois un talent certain pour passer entre les gouttes. Lire également: Sarko fort? Mon œil.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Longtemps après sa défaite, on demanda à Edouard Balladur quand lui était venue cette idée funeste de trahir son « ami de trente ans » et de se lancer dans la campagne de 1995. « Du jour où je suis entré à Matignon », avait-il répondu. 1993, la seconde cohabitation, celle de velours, la cohabitation douce avec François Mitterrand, pas la première, celle au couteau entre le même président socialiste et Jacques Chirac: c'est dire combien le job convoité de Premier ministre pousse à en prendre un autre.