Les dérives sexuelles du «psy de l’Eglise», Monseigneur Anatrella

Par Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere et Mathieu Périsse

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Passer devant le cabinet de la place de la Nation est devenu une angoisse pour Fabien*. Au point de quitter Paris pour oublier. « À la fin de la thérapie, j’étais bloqué. Je n’arrivais plus à faire de vélo. J’avais l’impression que mon corps se consumait et je prenais régulièrement des douches froides. »