Au tribunal, l’absence d’accès à l’eau dans les bidonvilles n’est pas une «carence»

Par

Le tribunal administratif de Toulouse a débouté vendredi cinq associations qui demandaient aux autorités de fournir un accès à l’eau convenable aux personnes à la rue et vivant dans les bidonvilles. Malgré l’épidémie, le refus de « pérenniser » l’illicite continue de primer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sous le soleil, David et Roberto, trentenaires vivant depuis huit mois dans le bidonville implanté sur l’ancien site d’AZF, désignent le gros tuyau noir qui file à travers les herbes. « On l’a branché à la borne à incendie et on a tiré jusqu’ici pour faire un robinet. » Ladite borne est à trois cents mètres, vers les berges de la Garonne. À l’arrivée, au cœur du camp, ils ont bricolé un système sur un poteau de bois où le tuyau alimente trois robinets, dont deux raccordés à des tuyaux plus fins qui repartent plus loin.