L'aile droite de l'UMP remet la pression sur Sarkozy

Par
Lionnel Luca, l'une des figures de la Droite populaire, et Hervé Novelli, le chef de file des libéraux, profitent de conventions UMP pour relancer deux débats controversés: la suppression de la binationalité et la suppression des 35 heures. Le premier est allé jusqu'à quitter la direction nationale avant de revenir sur sa décision mercredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Nicolas Sarkozy a conscience qu'on doit marcher sur deux jambes. (...) Mais ce n'est pas nous qui avons quitté la barque!» Thierry Mariani, ministre des transports et chef de file de la Droite populaire, l'aile droitière de l'UMP, refuse de voir son collectif endosser la responsabilité d'un parti présidentiel au bord de l'implosion.