Fillon promet d’envoyer la gendarmerie à ceux qui s'opposent à son choc libéral

Par

Invité ce lundi 5 septembre par des associations libérales, le candidat à la primaire de la droite promet, s'il est élu président de la République, d’envoyer aux entreprises un « signal très fort ». Aux forces de résistance et autres syndicats « arc-boutés sur leurs acquis », il opposera la gendarmerie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Invité ce lundi 5 septembre au soir par une dizaine d’associations libérales (Contribuables associés, Students for liberty, Association pour la liberté économique et le progrès social, etc.) à se plier au jeu des questions/réponses sur son programme, François Fillon a passé plus d’une heure et demie à essayer de convaincre que, cette fois, le pays était mûr pour le grand soir libéral.