Crèches people&baby : des dérives connues au ministère des affaires sociales

Après la mort d’un bébé à Lyon cet été, Mediapart révèle que les ministères sociaux sont liés par contrat avec people&baby pour ses propres agents, dont certains dénoncent depuis des mois les pratiques du groupe. Lundi, le collectif national « Pas de bébés à la consigne ! » a décidé une nouvelle mobilisation du secteur pour le 6 octobre.

Laëtitia Delhon

6 septembre 2022 à 12h51

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ils l’appellent « La firme » ou « Fric and baby » : de nombreux parents dénoncent auprès de Mediapart les pratiques commerciales du groupe de crèches privées people&baby. Ils décrivent un système considérant l’enfant « comme un Kleenex », dans lequel la critique des conditions d’accueil peut exposer à la rupture d’un contrat. C’est dans l’une des micro-crèches de cette entreprise, qui se présente comme « familiale » et prospère grâce aux subventions de l’État, par l’intermédiaire de la Sécurité sociale et le crédit d’impôt famille, qu’une enfant de onze mois est décédée en juin dernier, à Lyon.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal