«Les jeunes ruraux et les périurbains n’ont pas les mêmes difficultés à l’école»

Par

L’ancien responsable de l’éducation prioritaire au ministère de l’éducation nationale regrette que le rapport remis à Jean-Michel Blanquer porte moins sur l’éducation prioritaire que sur la ruralité « où il y a plus de voix à trouver », en vue des élections municipales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Enseignant, inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique, Marc Bablet a bâti une grande partie de sa carrière dans les zones défavorisées. Entre 2013 et 2018, il est chef du bureau de l’éducation prioritaire et des dispositifs d'accompagnement à la Direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco). Il a impulsé la dernière réforme de l’éducation prioritaire qui a débouché sur la création des REP+, ces 350 écoles et collèges particulièrement en difficulté.