Notre dossier : Florange, le conflit avec Mittal Brève

Mittal enterre le projet Ulcos

Le groupe sidérurgique a retiré sa candidature pour le projet à Bruxelles. L’accord avec le gouvernement français est mort moins d’une semaine après avoir été signé.

La rédaction de Mediapart

6 décembre 2012 à 12h55

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Moins d’une semaine après “l’accord” avec le gouvernement français sur le site de Florange, Mittal enterre le projet Ulcos. La commission européenne a annoncé ce jeudi qu’ArcelorMittal avait retiré son projet Ulcos pour son site de Florange. Le groupe devait soumissionner à un appel d’offres lancé par Bruxelles sur l’attribution de subventions de programmes de recherche sur le captage et le stockage de CO2. L’examen des différents projets devait avoir lieu le 13 décembre.

Après le retrait de la candidature d’ArcelorMittal, le gouvernement français est obligé de reconnaître que le projet Ulcos, qui aurait pu permettre de maintenir en fonctionnement un des deux hauts-fourneaux sur le site de Florange, est « mort », faute de pouvoir recevoir des subventions européennes. Matignon évoque un Ulcos 2 qui pourrait voir le jour au second semestre 2013, dans le scepticisme général. D’ici là, les hauts-fourneaux de Florange seront totalement éteints pour ne jamais être rallumés.

La rédaction de Mediapart


10 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne