La cité des 3000 ne veut plus se résigner aux violences policières

Par et

Après la mise en examen, dont un pour viol, des quatre policiers qui ont grièvement blessé un jeune homme de 22 ans, une marche organisée dans la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois, a été l’occasion pour les manifestants de témoigner ce lundi des relations très orageuses entretenues entre la police et les habitants et de réclamer « justice pour Théo ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le cortège s’ébroue en direction de l’antenne du commissariat, située à une centaine de mètres de là. Après avoir tourné en rond une heure durant autour d’un pâté d’immeubles, les manifestants ont enfin obtenu l’autorisation de s’approcher du local de la police situé au rez-de-chaussée d’un immeuble, à l’entrée de la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Un cordon de policiers, bouclier au bras, en barre l’entrée.