Violences en ligne contre les femmes: la «grande impunité» des harceleurs

Par

Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) dénonce « la très grande impunité » des harceleurs sur Internet, malgré un arsenal législatif considérable. Selon un testing réalisé en 2017, moins de 8 % des contenus sexistes signalés ont été supprimés par Twitter, Facebook et YouTube.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un rapport remis le 7 février 2018 au gouvernement par sa présidente Danielle Bousquet, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) s’attaque aux violences faites aux femmes en ligne. L’instance consultative, créée en 2013, constate que si le réseau numérique « a constitué un formidable espace de mobilisation des femmes » après l’affaire Weinstein, ces dernières y sont aussi l’objet de « violences massives », notamment sous la forme de campagnes organisées de harcèlement.