«L’affaire Théo a violenté la conscience de tous ceux qui s’identifient à lui»

Par

Le sociologue Marwan Mohammed a longuement étudié la jeunesse des quartiers populaires. Il décrypte pour Mediapart les enjeux soulevés par l’affaire Théo, du nom de ce jeune homme d’Aulnay-sous-Bois grièvement blessé lors d’une tentative d’interpellation début février. Une histoire qui survient dans un contexte où les violences policières de tous ordres sont dénoncées avec de plus en plus de vigueur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis le début du mois de février, l'interpellation de Théodore L., dit Théo, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) suscite un vif émoi. Le 2 février dernier, le jeune homme de 22 ans a été grièvement blessé par quatre policiers lors d'une tentative d'interpellation. Les quatre membres de la brigade spécialisée de terrain (BST) ayant procédé à son interpellation ont été mis en examen pour violences volontaires entraînant une incapacité totale de travail supérieure à huit jours, avec la circonstance aggravante qu’ils sont dépositaires de l’autorité publique, ont agi avec arme et en réunion. L’un d’eux est également mis en examen pour viol. Il est l’auteur des coups de matraque télescopique à l’origine de la grave blessure à l’anus dont souffre Théo.