Anatomie d’un attentat déjoué (de peu)

Par

À partir de lundi sont jugés les trois hommes accusés d’avoir constitué la cellule dormante destinée à prendre la suite du commando du 13-Novembre. On ignore la cible de l’attentat « d’ampleur » qu’ils préparaient. Manuel Valls avait évoqué l’Euro de foot.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans l’appartement de Schaerbeek où se sont réfugiés les survivants du commando, des kalachnikovs sont entreposées dans un débarras et un drapeau de l’État islamique trône dans le salon. Une caisse en plastique remplie de poudre blanche traîne à côté d’haltères dans la chambre de Najim Laachraoui. Ce jeune Belge, qui a confectionné les ceintures explosives ayant servi à Paris et vient de produire 100 nouveaux kilos de TATP, un explosif ayant une force déflagratoire équivalant à 88 % de celle du TNT, s’isole du reste des troupes pour communiquer depuis son PC avec la Syrie.