Hollande et Valls, l’alternance sans le dire

Par

Les cent premiers jours de Manuel Valls à Matignon révèlent de plus en plus clairement ce que François Hollande n’a pas voulu dire jusque-là : il a opté pour une alternance. Sans nouveau scrutin, sans nouvelle majorité, mais avec une autre assise idéologique que sa campagne de 2012.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Manuel Valls est premier ministre depuis cent jours. Le choix, annoncé dans la précipitation après la débâcle des municipales, avait laissé une partie de la gauche dubitative. Mais François Hollande a opté, sans le dire, pour une sorte d’alternance au beau milieu de son mandat. Sans nouveau scrutin, sans nouvelle majorité mais avec une autre assise idéologique que sa campagne de 2012.