A Rouen, la préfecture sous-estime la pollution à l’amiante

Le préfet de Seine-Maritime et la ministre de la santé assurent que l’incendie de Lubrizol à Rouen ne cause pas de risque d’amiante. Mais l’État interprète mal ses propres chiffres et en ignore d’autres.

Jade Lindgaard et Manuel Sanson (Le Poulpe)

7 octobre 2019 à 16h01

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’incendie de l’usine Lubrizol et de l’entrepôt Normandie Logistique à Rouen le 26 septembre a-t-il rejeté une dangereuse quantité de fibres d’amiante dans l’air ? Le toit du bâtiment était composé de Fibrociment. Lors de l’incendie et de l’explosion qui a suivi, des fragments de toiture ont sans doute été projetés, pour certains, à plusieurs kilomètres à la ronde.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal