«Aux Etats-Unis, il faut oublier l’idée d’une nuit électorale»

Par

Invité d’« À l’air libre», Jason Stanley, spécialiste du fascisme, estime que Donald Trump prend tous les atours d’un dictateur à la Bolsonaro ou même Mussolini. Pour l’historien Romain Huret, on risque fort de se trouver devant une situation « absolument inédite » avec un Trump gagnant le 3 novembre, mais perdant quelques semaines plus tard. À 26 jours de l’élection, le Covid pèse plus que jamais sur la campagne.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

«À l’air libre », l’émission qui ouvre en grand les fenêtres !

À l'air libre (15) " Aux États-Unis, il faut oublier l'idée d'une nuit électorale " © Mediapart
 

  • Au sommaire

Quatre ans de plus avec Donald Trump ou bien Joe Biden à la présidence ? L’élection américaine est dans 26 jours mais l’incertitude domine plus que jamais. 

Notre invité fil rouge du jour est l’historien Romain Huret avec qui nous revenons sur cette campagne qui ressemble de plus en plus à une science-fiction dystopique. Sauf que tout est vrai.

Entretien aussi avec Jason Stanley, professeur à Yale, spécialiste du fascisme, effrayé par le cours de la campagne. 

Direction, enfin, l’Arizona avec Patricia Neves, un État-clé où les Hispaniques se demandent pour qui voter.  

Voir ou revoir toutes nos émissions ici.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous