La légitime défense, une «arme au service des dominants»

Par

Dans son dernier livre, l’historienne Vanessa Codaccioni décrypte les grandes affaires de légitime défense depuis 1978. Cette cause d’irresponsabilité pénale a surtout profité à des hommes blancs d’âge mûr, des « honnêtes gens » qui tirent, tuent et sont acquittés. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À quoi sert la légitime défense ? Loin d’être une arme pour les plus faibles, cette cause d’irresponsabilité pénale semble surtout utilisée par les dominants, « c’est-à-dire ceux qui ont toujours monopolisé la violence », pour échapper à la justice. C’est le profil des tireurs et des victimes qui a sauté aux yeux de l’historienne et politiste Vanessa Codaccioni, maîtresse de conférences à l’université Paris-VIII, lorsqu’elle a analysé les grandes affaires de légitime défense depuis 1978.