D'ultimes mesures anticorruption entre les mains des «Sages»

Par

Le Conseil constitutionnel doit se prononcer jeudi sur la loi « Sapin 2 », dernier train de mesures anticorruption du quinquennat. En suspens : l'obligation d'un casier vierge pour les élus locaux. Ou le contrôle du pantouflage chez les conseillers ministériels et les plus hauts fonctionnaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant que les caméras sont braquées sur Manuel Valls ou Bernard Cazeneuve, d'ultimes mesures sur l'exemplarité des responsables publics jouent leur survie au Conseil constitutionnel jeudi 8 décembre. Injectées dans le projet de loi « Sapin 2 » par des parlementaires, plus ou moins solides juridiquement, elles risquent une censure des « Sages » : casier judiciaire vierge pour les candidats aux élections locales, inéligibilité obligatoire pour les élus coupables d’atteintes à la probité, contrôle renforcé sur les « pantouflages » des grands commis de l’État happés par le privé…