Cahuzac, une stratégie du flou à l'Elysée

Par et

Alors que le ministre du budget est l'objet d'une enquête pour blanchiment de fraude fiscale, il est bien difficile de saisir quelle est pour le pouvoir la jurisprudence en matière d’affaire politico-judiciaire. Ni doctrine Bérégovoy-Balladur ni doctrine Jospin. « La confiance est maintenue », indique l'Élysée.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

La communication gouvernementale autour de Jérôme Cahuzac est chaque jour plus insaisissable. Après la trêve des confiseurs, la rentrée politique du gouvernement a vu dans le même temps Jérôme Cahuzac être mis en avant dans les rendez-vous médiatiques et visé par une enquête ouverte par le parquet de Paris pour « blanchiment de fraude fiscale ».

Après avoir été le premier grand invité de l’année 2013 dans une émission politique, sur Europe 1 dimanche matin (lire ici et ici), avec deux ministres (MM. Hamon et Lamy) et le chef de cabinet adjoint du premier ministre présents dans le public, le ministre délégué au budget a ensuite été propulsé lundi soir sur France 2 comme emblème de la gauche de gouvernement face à Jean-Luc Mélenchon (lire ici).

« Face à un excellent orateur comme Mélenchon, un puncheur désordonné qui prend des coups en avançant, il fallait un styliste qui frappe aux bons moments », explique-t-on à Matignon, filant la métaphore du ring de boxe. Tout en jurant n’avoir « ni décidé ni coordonné » la rentrée politique des ministres. « Il y a moins de vigilance qu’au début du quinquennat sur la communication des uns et des autres », avance-t-on.

Pourtant, lundi en fin de matinée, Jérôme Cahuzac a eu un entretien en tête-à-tête avec Jean-Marc Ayrault. Il est difficile de croire qu’il n’a pas été mis au courant de l’enquête du parquet, alors que les premières fuites indiquant son ouverture nous parvenaient. « C’était une réunion de travail, avec des conseillers de chaque côté, pas une réunion de crise, indique-t-on encore à Matignon. Mais ils se sont peut-être vus avant ou après… »

L’Élysée défend aussi la mise en avant de Jérôme Cahuzac, quelques heures avant la révélation de l’enquête préliminaire du parquet de Paris. « Si on le mettait de côté, cela voudrait dire qu’il y a un souci. La confiance est maintenue vis-à-vis de Jérôme Cahuzac tant qu’il n’y a pas de preuves judiciaires. Que la justice fasse son travail », avance-t-on. Avant d’ajouter : « Jérôme Cahuzac est ministre du gouvernement, il apparaît comme tel. » « Cet élément supplémentaire (l’ouverture de l’enquête) permettra d'établir la vérité que Jérôme Cahuzac réclame », estime-t-on également à Matignon, selon l’AFP.

Dans un communiqué publié deux heures après la confirmation du parquet, le ministère du budget a de son côté salué l'ouverture de cette enquête. « Cette démarche permettra, comme il l'a toujours affirmé, de démontrer sa complète innocence des accusations absurdes dont il fait l'objet », est-il écrit. Au passage, il est dit que Jérôme Cahuzac a demandé ladite enquête, alors même qu’il n’en est rien puisqu’elle fait suite à la lettre envoyée le 29 décembre dernier par Edwy Plenel, directeur de Mediapart, au procureur de la République de Paris (lire ici).

Comme quand il affirme, sur Europe 1 et France 2, qu’il a déposé « trois plaintes », alors qu’à ce jour, seules deux plaintes en diffamation ont été déposées contre Mediapart, la seconde écrasant la première. Par ailleurs, aucune de ces deux plaintes ne vise l’article révélant l’enregistrement, qui ne fait donc l’objet d’aucune espèce de contestation judiciaire (pour « faux », par exemple) bien que le ministre ait affirmé tardivement ne pas être la voix que l’on entend dans la bande.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous