Après le crime, quelle expression pour les musulmans?

Par

Le consensus n’a pas tenu longtemps. Derrière l’unité nationale mise en avant par la majorité et l’opposition, des divergences se font entendre. À l’extrême droite et dans une partie de la droite, les musulmans de France sont une fois de plus sommés de condamner le crime de Charlie Hebdo. À gauche, les opinions divergent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier jour, « ils » se sont plutôt bien tenus. À l’exception de Marine Le Pen, les politiques ont maîtrisé leur langage et parlé « d’unité nationale ». Ainsi le président de la République : « C’est la République tout entière qui a été agressée. » Ainsi l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy : « J’appelle les Français à refuser la tentation de l’amalgame. » Ainsi Claude Bartolone et les présidents de groupe de droite et de gauche qui ont signé un appel à « l’union nationale ». Idem au Sénat autour de Gérard Larcher. Ainsi Alain Juppé, qui a lancé un message de même nature sur son blog : « C’est la nation tout entière qui doit s’unir et se mobiliser. »