Des travailleurs sans papiers au service de La Poste luttent pour leur régularisation

Depuis plusieurs mois, des travailleurs sans papiers occupent trois piquets de grève sur des sites de Chronopost, de DPD et de l’agence d’intérim RSI, en région parisienne, pour dénoncer leur « exploitation » et réclamer leur régularisation. La Poste rejette la faute sur l’agence d’intérim qui les a recrutés.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

En déambulant dans les allées du parc d’activité d’Alfortville (Val-de-Marne), chemin de Villeneuve Saint-Georges, le logo Chronopost ne tarde pas à apparaître. Devant les grilles du centre de tri, jeudi 2 février, un campement de fortune accueille les visiteurs venus récupérer un colis, le regard parfois stupéfait, tandis qu’un agent de sécurité leur ouvre le portail tatoué de tracts avant de le refermer illico.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal