France Brève

Fessenheim, début d'un mouvement "irréversible", espère Hulot

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim doit être le début d'un mouvement irréversible, déclare le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, dans une interview à paraître vendredi dans Le Figaro.

Agence Reuters

8 mars 2018 à 23h22

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

PARIS (Reuters) - La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim doit être le début d'un mouvement irréversible, déclare le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, dans une interview à paraître vendredi dans Le Figaro.

"Je souhaite qu'il y ait dans ce quinquennat une programmation des prochaines fermetures, la PPE (ndlr, programmation pluriannuelle de l'énergie) nous dira précisément quand et comment, ne préemptons pas le débat. Fessenheim doit être le début de quelque chose, d'un mouvement irréversible", déclare-t-il au journal.

Il se refuse à donner un calendrier à l'objectif de ramener de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité, après l'abandon de l'échéance initiale de 2025. "On va débattre du tempo, s'entendre sur un calendrier qui ne soit pas utopique mais exigeant", dit-il.

La Programmation pluriannuelle de l'énergie doit donner lieu à un débat public, envisagé dès ce trimestre, ainsi qu'à une version initiale prévue avant la fin du mois de juin.

Face aux propos d'Emmanuel Macron, qui avait estimé en février qu'il n'y avait "pas de tabou sur le sujet" de possibles ouvertures de réacteurs supplémentaires, Nicolas Hulot estime pour sa part: "Ce n'est pas l'urgence. Attendons aussi de voir ce qui se passe pour l'EPR de Flamanville. Sans avoir de préjugés, je note que la démonstration probante des promesses données n'est pas faite."

Le ministre promet qu'il se rendra à la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), qui doit être démantelée, et sur le site du projet contesté d'enfouissement nucléaire de Bure (Meuse), contre lequel il a un temps milité.

Seul le secrétaire d'Etat à la Transition écologique Sébastien Lecornu s'y est pour le moment rendu, et a annoncé mercredi la tenue d'un nouveau débat sur l'avenir des déchets nucléaires.

"Il est un formidable défricheur de dossiers et j'en ai besoin! Cela ne veut pas dire que je me dédouane, ni que je me défausse sur lui", déclare Nicolas Hulot, qui appelle à débattre du sujet dans un cadre "apaisé, sans tabou".

Le ministre de la Transition assure en outre qu'EDF est "prête à faire cette révolution culturelle" vers les énergies renouvelables. "EDF doit aller dans le sens de l'histoire, mais il n'est pas question de lui faire brûler les étapes", ajoute-t-il.

Agence Reuters


9 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Migrations — Enquête
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
À l’air libre
par à l’air libre
Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne