La crise financière frappe l'UMP, écrasée de dettes

Par

Des adhérents qui tardent à renouveler leur cotisation, des dépenses excessives pendant les campagnes électorales de 2007. Le premier parti de France a creusé un déficit de 15 millions d'euros et se donne jusqu'à 2009 pour revenir à l'équilibre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après le remaniement, le plan de rigueur. Nicolas Sarkozy semble appliquer ses réformes de l’Etat à l’UMP. Le mouvement, qui a accumulé une dette de 15 millions d’euros, va devoir réduire son train de vie. Son porte-parole, Dominique Paillé, évoque un « besoin de trésorerie de 22 millions d’euros » (plus du tiers de son budget annuel, qui s'élève à 50 millions d'euros, selon Le Canard enchaîné), mais affirme disposer « de 7 millions d’euros de placements ».
Le porte-parole explique cette dette par « les nombreuses embauches de pré-campagne, qui ont considérablement augmenté notre masse salariale, un siège de l’immeuble qui nous coûte cher et ne nous satisfait pas complètement puisque nous devons louer des salles pour les grands rassemblements (conventions thématiques, conseil national, etc.) et enfin l’alimentation financière des clubs et mouvements associés ».