A un an de la présidentielle, la gauche dans tous ses états

Par

Dans « À l’air libre », l’émission quotidienne de Mediapart, les politiques de gauche passent sur le gril : vont-ils s’entendre pour 2022 ? Et sur quel programme ? ONG, Gilets jaunes et militants pour le climat les aiguillonnent et réclament un programme pour changer la vie. Enfin.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Exceptionnellement, pas d’« À l’air libre » ce jeudi 8 avril. Mais un florilège de nos émissions consacrées à la gauche dans tous ses états à un an de la présidentielle.

Dans « A l'air libre »: A un an de la présidentielle, la gauche dans tous ses états © A l'air libre

« Il faut construire un projet commun et définir les grandes causes qui vont structurer un récit. Ensuite, on élira la reine d’Angleterre !, s’agace l’eurodéputé Place publique Raphaël Glucksmann. On a la gauche la plus fainéante du monde. Le but c’est d’imposer son agenda et c’est ce qu’on n’arrive plus à faire. On a perdu le sens même du combat culturel. »

Des mots qui résonnent alors que la gauche ne cesse de se fracturer sur des polémiques alimentées par la droite ou l’extrême droite. « On est en train d’expliquer que les antiracistes sont racistes », explique Mélanie Luce, présidente du syndicat étudiante Unef, dont l’organisation a été attaquée pour organiser des réunions « non mixtes » où des femmes et des personnes racisées peuvent exprimer leurs ressentis sur les discriminations subies en toute liberté.

« On ne peut plus fermer les yeux sur la précarisation inouïe d’une partie de la population. […] Il faut donner un revenu d’existence et modifier notre démocratie. La question, c'est de redonner du pouvoir au peuple », alerte Sandrine Rousseau, candidate écoféministe à la primaire d’Europe Écologie-Les Verts, qui alerte contre le « concours des égo » à un an de l’élection.

La gilet jaune Priscillia Ludosky et la militante Mathilde Imer, coprésidente de « 2022 ou jamais », un rassemblement qui cherche à organiser une large primaire citoyenne, alertent sur l’abstention galopante et la déconnexion des partis avec des pans entiers de la société.

« La gauche, ça ne veut rien dire, elle a trahi certains électorats », prévient Mathilde Imer.

La jeune militante Léna Lazare, aux avant-postes des mobilisations pour le climat, est venue sur notre plateau pour lancer un message simple : « Unissez-vous ! » Facile à dire… Mais une chose est sûre : les apéros entre chefs à plumes ne suffiront pas pour que les gauches offrent une alternative crédible au macronisme et à l’extrême droite.

Ce n’est qu'un début, de nombreux invités de tous horizons, partis et mouvements, viendront dans l’émission dans les prochaines semaines…

« À l’air libre » reprend normalement lundi 12 septembre à 19 heures, à très vite !

Voir ou revoir toutes nos émissions ici.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous