François Hollande entre en campagne, par-delà son bilan

Par

Le président de la République a profité d’un discours sur la démocratie face au terrorisme pour poser les jalons de sa candidature à la présidentielle. Sans surprise, il se pose en garant de l’État de droit et du modèle social face à la droite et à l’extrême droite. Son audience et sa crédibilité sont plus faibles que jamais.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un discours de pré-candidat. François Hollande a posé les jalons de sa candidature à la présidentielle de l’an prochain à l’occasion d’un colloque organisé à Paris, intitulé « la démocratie face au terrorisme ». Sans surprise, le président de la République s’est posé en garant de l’État de droit et du modèle social français face aux projets de la droite et de l’extrême droite. C’est son pari : apparaître comme un rempart, à défaut d’incarner un espoir pour des électeurs de gauche qui se sont très majoritairement détournés de lui depuis le début du quinquennat. Mais à neuf mois de la présidentielle, l’audience et la crédibilité de François Hollande sont extrêmement faibles.