Procès Méric: les clés pour comprendre le milieu skinhead néonazi français

Par Nicolas Lebourg

La première semaine du procès Méric a posé la question de l’appartenance des accusés au milieu skinhead d’extrême droite. Au-delà des marques de vêtements fétiches, on omet souvent la spécificité du milieu dit « naziskin ». Or, celui-ci a une histoire, une géographie, des idées et des pratiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La tendance d’extrême droite du phénomène skinhead est importée en France depuis l’Angleterre en 1983 et 1984. Facteur de perte de capital social, l’engagement à l’extrême droite radicale devient alors le fait de prolétaires qui ont le sentiment d’y trouver une plus-value dans leur autoreprésentation.