Fraude fiscale, contrôle des élus... Ce que l'affaire Cahuzac a changé

Par et

Créés après l’affaire Cahuzac, le Parquet national financier (PNF) et la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ont un bilan encourageant. Les saisies et cautions ordonnées dans les dossiers du PNF représentent 1,5 milliard d’euros.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D’un mal peut parfois naître un bien. Pour surmonter le scandale Jérôme Cahuzac – il avait démissionné de son poste du ministre du budget en mars 2013, à la suite des révélations de Mediapart –, le gouvernement Ayrault a rapidement créé un Parquet national financier (PNF) et une Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Il s’agissait alors de montrer sa détermination à mieux réprimer la délinquance en col blanc et à renforcer le contrôle des acteurs publics. Aujourd’hui, la traduction de ces beaux projets en actes est plutôt encourageante. Le PNF et la HATVP, qui ont moins de trois ans d'existence, peuvent revendiquer quelques succès significatifs.