Le rapport que veut enterrer la numéro 2 de l'UMP

Par

Un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) épingle la gestion municipale de Michèle Tabarot, maire du Cannet et secrétaire générale de l'UMP. Sur son bureau depuis fin octobre, elle n'en a pas fait état avant les trois mois de réserve imposés par la loi en période électorale. Parallèlement, un jugement de la CRC a pointé le « paiement irrégulier » de primes à des collaborateurs de son cabinet, pour plus de 51 000 euros.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un rapport que Michèle Tabarot, secrétaire générale de l'UMP, députée et maire du Cannet (Alpes-Maritimes), aimerait garder secret jusqu'à la fin des élections municipales. Envoyé le 24 octobre à la mairie, ce rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) de Provence-Alpes-Côte d'Azur épingle la gestion du Cannet, dont elle est maire depuis 1995. Le contrôle, débuté le 16 mai 2012, a porté sur la période 2006-2011, et quelques éléments d'actualité. Mais bien que finalisé, le rapport n'est pas sorti du bureau de la maire.