Procès du Carlton : « Mon objectif était professionnel »

Par

Le tribunal correctionnel de Lille a commencé à se pencher sur l’organisation par deux entrepreneurs du Nord de repas et des soirées incriminées dans l’affaire du Carlton. « Pour l’entreprise, j’ai pensé qu’il était important de maintenir le contact avec M. Strauss-Kahn », a expliqué David Roquet, ex-directeur d'une filiale du groupe Eiffage. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille, de notre envoyée spéciale.-  À la veille de l’audition de Dominique Strauss-Kahn, le tribunal correctionnel de Lille a commencé à se pencher sur l’organisation de repas et des soirées incriminées dans l’affaire du Carlton. David Roquet, ancien directeur d’une filiale du groupe Eiffage, la SNC Matériaux enrobés du Nord, est l’un des deux entrepreneurs qui ramenaient et payaient des prostituées pour des soirées auxquelles participait Dominique Strauss-Kahn. C’est le militant socialiste Fabrice Paszkowski, responsable d'une société de matériel médical à Lens, qui lui a présenté son influent ami, patron du FMI. Tous trois sont jugés pour proxénétisme aggravé.