Aulnay: des peines de prison pour «délit d'embuscade»

Par

Cinq jeunes majeurs étaient jugés mercredi soir à Bobigny, après les soulèvements d'Aulnay-sous-Bois liés à l'agression de Théo. La justice ne reprochait pas aux prévenus d'avoir jeté des pierres sur la police ni d'avoir mis le feu à un véhicule. Mais un « délit d'embuscade en réunion ». Autrement dit de s'être rendus dans un lieu, en vue de commettre des violences. Cela ne les a pas empêchés d'être lourdement condamnés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le délit est méconnu. Me Virginie Marques, avocate commise d'office qui a fait des recherches aussi vite que possible, n’a d’ailleurs pas trouvé la moindre jurisprudence à son sujet. Dix ans après son entrée en vigueur, Yaya, Ciré, Marouane, Yacine et Sofiane espéraient mercredi soir ne pas être les premiers condamnés pour « embuscade en réunion ». Le tribunal de Bobigny en a décidé autrement, leur infligeant en comparution immédiate six mois de prison, assortis de sursis pour trois d’entre eux. Leur faute ? Non pas avoir violenté les policiers à Aulnay, quelques jours après le viol présumé et l'agression subie par Théo. Mais avoir projeté de le faire.