Les Kanak de la tribu d’Oundjo s’interrogent sur l’après-référendum

Par

Les habitants d’Oundjo, en Nouvelle-Calédonie, sont pêcheurs de crabes depuis des générations. Leur tribu est située non loin de Koné, chef-lieu de la province Nord, à proximité de l’usine de nickel. À l’approche du référendum d’autodétermination, les discussions sur l’avenir du pays s’intensifient. Certains hésitent encore.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Koné (Nouvelle-Calédonie), envoyée spéciale.– Casquette vissée sur la tête, André Diela, dit Nono, est surpris dans le feu de l’action. Juché sur le toit du faré, la maison commune, en cours de rénovation, il attrape au vol des gerbes de paille séchée que lui lance un cousin, debout dans la remorque de son pick-up. Il s’éponge le front et répète son geste. Il s’est levé comme chaque matin à 4 h 30 ; cela fait des heures qu’il travaille d’arrache-pied en plein soleil.