A Marseille, la gauche se libère de l’héritage Defferre

Par
La deuxième ville de France, dirigée depuis 1995 par Jean-ClaudeGaudin, vice-président de l’UMP, pourrait basculer. Donné largement battu cetautomne, son adversaire socialiste, Jean-Noël Guérini, a su fédérer unegauche jusqu’ici divisée et combler son déficit de crédibilité, setaillant sur mesure un costume de rénovateur. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Article publié le 8 mars 2008