Violences sexuelles: l’université radie deux profs, la justice les blanchit

Par

Deux enseignants de la faculté Jean-Jaurès de Toulouse ont été radiés pour des faits qualifiés de harcèlement sexuel et moral. Mais la décision de la justice de classer sans suite passe mal auprès des étudiantes et enseignantes qui ont porté le dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’histoire hante l’université Jean-Jaurès de Toulouse depuis près d’un an. Le 11 juillet 2019, la décision est affichée sur les murs de la fac : deux professeurs en arts plastiques sont « reconnus coupables de pratiques pédagogiques contraires à la déontologie de l’enseignant, ayant eu pour conséquence de placer les étudiantes et les étudiants dans une situation de harcèlement moral et sexuel ».