Droits des vieux immigrés: la mission de la dernière chance

Par

Créée par Claude Bartolone, la mission d'information sur les immigrés âgés va rendre ses conclusions d'ici quelques semaines. Son rapporteur, le député PS Alexis Bachelay, en dévoile les grandes lignes à Mediapart. Accès au minimum vieillesse dans le pays d'origine, naturalisation facilitée, accélération des travaux de rénovation des foyers : les mesures, maintes fois évoquées dans le passé mais jamais mises en œuvre, sont d'une actualité de plus en plus brûlante puisqu'elles concernent une population épuisée par des conditions de travail éprouvantes et oubliée par les pouvoirs publics.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que faire de ces vieux immigrés qui ont retroussé leurs manches des années durant à assembler des Renault 5, à construire des routes nationales ou à balayer les rues de Paris ? Que faire d’eux, une fois que leur employeur les a licenciés ou que leur force de travail les a abandonnés ? Cette question taraude les pouvoirs publics français depuis une décennie, voire plus, depuis que ces hommes et ces femmes, arrivés en France dans les années 1950, 1960 et 1970, ont atteint l’âge de la retraite. Sans que ne soient apportées de réponses concrètes, comme si l’État s’accommodait de leur invisibilité.