A Paris, la droite déjà fracassée par Macron

Par

La droite parisienne, qui espérait il y a quelques mois prendre sa revanche à Paris après le ratage du quinquennat Hollande, aura sans doute du mal ne serait-ce qu’à se maintenir dans ses bastions de l’ouest parisien. Dans la ville qui a plébiscité Macron, la droite est déjà en miettes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je suis prise dans un tir croisé entre les dissidents de droite et celui d’En Marche!. » Dans la dernière ligne droite, Nathalie Kosciusko-Morizet, à qui avait été confiée la 2e circonscription de Paris – celle de François Fillon, réputée imperdable pour la droite –, fait désormais campagne avec des accents de militant du WWF. « Je me bats pour faire entendre la voix de la droite moderne. Or cette voix peut s’éteindre dimanche », alerte-t-elle ce soir-là sur la place Saint-Sulpice.