République chagrin

Par

En matière de rénovation politique et de moralité publique, la France avait besoin d’un coup de massue. Elle n'a droit avec le rapport Jospin, remis vendredi 9 novembre, qu'à un tiède rappel à l'ordre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En matière de moralité publique, la France avait besoin d’un coup de massue. Elle a eu droit avec les conclusions du rapport de la commission Jospin, remis vendredi 9 novembre au président de la République, à une tape sur les fesses. Au-delà des indéniables avancées proposées par les treize membres de la commission, le compte n’y est pas.