Violences sexistes: l’essayiste Thomas Guénolé échoue à faire condamner une élue LFI

Par

Le tribunal a relaxé l’élue insoumise de Paris Danielle Simonnet, contre qui l’essayiste avait porté plainte en diffamation non publique. Plusieurs responsables de gauche avaient dénoncé une procédure-bâillon dans la lutte contre les violences sexuelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La France insoumise peut souffler. Son élue à Paris, Danielle Simonnet, a été relaxée lundi 9 novembre de la plainte en diffamation non publique déposée par son ancien camarade, l'essayiste Thomas Guénolé.