Agression raciste à Avignon: la victime porte plainte pour être reconnue comme telle

Par

Un chef d’entreprise français d’origine maghrébine a été braqué et menacé, fin octobre à Avignon, par un militant d’extrême droite qui a été abattu par la police. Il est depuis ignoré par la justice, qui parle de lui comme d’un « témoin » et non d’une victime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un mois et demi après les faits, la stupéfaction a laissé place au grand vide. Yassine*, victime d’une agression raciste à Avignon le 29 octobre 2020, est désormais seul face à ses interrogations. Après avoir été entendu cinq fois d’affilée par la police le jour du drame, le jeune homme, tout juste âgé de 29 ans, n’a plus aucune nouvelle des autorités. Pas de convocation de la justice, de contact avec des représentants de l’État et pas la moindre proposition de suivi psychologique, rien.