Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations

L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La première semaine du procès en appel de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert, rejugés pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite « Paul Bismuth », n’a pas franchement tourné à l’avantage des trois prévenus.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal