Encarts publicitaires: les curieuses méthodes d'une publication syndicale policière

Par

Depuis 1995, l'État interdit aux syndicats policiers de recourir à des régies publicitaires pour se financer. Le syndicat des commissaires en a pourtant utilisé une, aux pratiques douteuses, jusqu'en 2008.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis un décret du 9 mai 1995, l'État interdit aux syndicats de police d'avoir recours à des régies publicitaires ou de démarcher eux-mêmes des annonceurs afin de se financer. Signé par Édouard Balladur, ce décret visait à mettre fin à de nombreuses dérives. « Les mandataires d'une organisation syndicale sollicitaient, par exemple, les commerçants en échange de macarons à coller sur le pare-brise de leurs véhicules pour éviter les PV », expliquait ainsi Le Figaro en décembre 2009. « Dès que des sociétés tierces intervenaient, ça posait un vrai problème, se souvient un responsable syndical policier. Il y a eu des affaires retentissantes avec des intermédiaires qui avaient des méthodes de voyous. » Aujourd'hui, les publications syndicales policières contiennent toujours des publicités, mais elles n'ont pas le droit de démarcher ou de faire démarcher des annonceurs.