Que deviennent les djihadistes français de retour de Syrie (2/3): l'étape de la prison

Par

Contrairement aux femmes, les hommes de retour de Syrie et d’Irak passent désormais quasi systématiquement par la case prison. L'État reconnaît qu'ils n'y ont pas tous leur place, mais tarde à développer des alternatives à l’incarcération. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La France s’est d’abord émue d’assister au départ d’une partie de sa jeunesse pour la Syrie ou l’Irak. Elle s’inquiète désormais de voir ses ressortissants revenir. La plupart d’entre eux pensaient d’ailleurs ne jamais rentrer. Mais, depuis quelques mois, les retours se multiplient. À ce jour, le gouvernement français en a recensé 236. Certains tenteront peut-être de commettre des attentats. D’autres, déçus par l’État islamique, fatigués par les combats, blessés ou inquiets de voir leurs enfants grandir sous les bombardements, décident de rebrousser chemin.