PPDA, une affaire tentaculaire

Seize plaintes ont été déposées contre l’ancien journaliste, dont sept pour viol. Celles qui témoignent ont entre 28 et 63 ans, viennent de milieux différents, mais toutes dénoncent un « mode opératoire » similaire. Patrick Poivre d’Arvor dénonce de « fausses » accusations.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Elles ont entre 28 et 63 ans. Elles sont journalistes, autrices, mais aussi enseignante, bibliothécaire, employée de magasin, conseillère commerciale, administrative ou aux entreprises... Elles viennent de milieux sociaux différents, de région parisienne, de Bretagne, de Bourgogne, du bassin d’Arcachon, du Pays basque, du nord de la France. Les faits qu’elles dénoncent ont eu lieu à TF1, au domicile de Patrick Poivre d’Arvor, mais aussi dans des chambres d’hôtel, au ministère de la culture, dans les loges de son émission ou en marge d’un colloque de journalistes à la Martinique.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal