La loi antigaspillage au bon vouloir des gaspilleurs

Par

Élargir le principe pollueur-payeur, généraliser des bonus-malus : le projet de loi présenté le 10 juillet veut développer l’économie circulaire. Mais le marché du recyclage des déchets génère des pollutions ignorées par ce texte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour donner du style à une loi technique sur un sujet méconnu du grand public, rien de mieux que de l’habiller de substantifs qui claquent au vent comme une oriflamme : « un vrai tournant écologique », « la guerre à la pollution plastique», «  je suis face à des lobbies puissants »« c’est un vrai combat », explique Brune Poirson, la secrétaire d’État à l’écologie dans le JDD du 7 juillet. Tout cela au sujet du projet de loi pour une économie circulaire, rebaptisée antigaspillage par la communication gouvernementale. Il n’en reste pas moins un texte bureaucratique aux effets ambigus.