Réforme de l’ISF: l’imposture du financement de l’économie

Par

Accusé de vouloir faire un énorme cadeau aux plus riches avec sa réforme de l'ISF, le gouvernement d'Édouard Philippe se défend en justifiant la suppression de toute imposition sur les fortunes mobilières comme la levée d’un verrou sur le financement de l’économie. Mais il y a longtemps que le monde financier évolue dans un univers à part, n’apportant quasiment plus de capitaux aux entreprises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’encre des ordonnances sur la réforme du travail était à peine sèche que le gouvernement rappelait sa décision de s’attaquer promptement à l’autre versant de sa grande transformation économique : la suppression de tous les obstacles qui entravent le capital. Dès l’automne, les règles de l’impôt sur la fortune (ISF) vont être modifiées, a confirmé le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, jeudi 3 août sur France Inter : « Il y aura toujours un impôt sur la fortune mais sur la fortune immobilière », a-t-il expliqué.