A Nice, le FN «dédiabolisé» cache mal sa frange dure

Par

Marine Le Pen a ouvert samedi ses Journées d'été, à Nice, avec l'annonce de plusieurs ralliements, dont celui (démenti) d'Yves Bertrand, l'ex-patron des RG. Derrière la vitrine du parti «dédiabiolisé», on croise pourtant des militants issus de la frange la plus dure de l'extrême droite. Partisans du maréchal Pétain, militants de l'Œuvre française, défenseurs de l'Algérie française. Selon deux exclus du parti, le FN aurait d'ailleurs signé des «accords secrets» avec le Bloc identitaire pour 2012.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nice, de notre envoyée spéciale