«Charlie Hebdo»: la parole aux proches des assassinés

Par

Au procès des attentats de janvier 2015, ont commencé à témoigner les plus proches relations des victimes. Pour relater l’effroi ressenti, pour défendre et illustrer l’art et l’amour de la liberté des morts. Et parfois pour pointer les vivants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Magie d’une audience au tribunal de Paris, jeudi 10 septembre, en dépit des apparences : ces prévenus en forme d’ombres de seconde main et de seconde haine dans une cage de verre ; cette avocate de la défense qui n’a rien d’autre à dire que pinailler sur un minuscule vice de procédure à ses yeux ; ce président qui n’est pas un foudre d’interrogatoire : « Vous êtes Madame Véronique Cabut. M. Jean Cabut est décédé, qu’est-ce que vous pouvez dire de lui ? »